Structure d'un Théâtre

Un théâtre est un édifice complexe destiné à la représentation de pièces et de spectacles Cela méritait une dissection en règle de cet endroit.

  1. Loges
  2. Arrière-scène
  3. Locaux techniques (extraction d'air et ventilation)
  4. Elévateur pour décors
  5. Passerelle de charge
  6. Gril
  7. Passerelle de manoeuvre
  8. Passerelle de service pour la lumière
  9. Accès au décors

 

  1. Evacuation des fumées de la salle transformable
  2. Gril (Plafond technique)
  3. Salle transformable
  4. Foyer
  5. Régie (image et son)
  6. Bureaux de l'administration
  7. Bureaux de l'administration
  8. Entrée administrative

 

  1. Dépôt des décors
  2. Fosse de l'élévateur de décors
  3. Scène
  4. Dessous de scène
  5. Fosse d'orchestre amovibles
  6. Mécanismes et vérins

 

  1. Rangement des gradins amovibles
  2. Accueil des spectateurs
  3. Salles de 800 places
  4. Ascenseur
  5. Bar
  6. Accès à la salle
  7. Hall
  8. Foyer

 

Cet édifice est le Théâtre national de la Colline; il comporte deux salles modulables de 800 et 200 places.Petite rubrique sur l'évolution de l'architecture théâtrale.Le théâtre grec, situé dans un sanctuaire est un bâtiment à caractère religieux. Les premiers théâtres de pierre, très simples, apparaissent au IV° s. av. J-C. Généralement adossé à une pente de colline creusée en hémicycle, tourné vers un horizon de montagnes, le théâtre comprend trois parties: l'enceinte réservée aux spectateurs (kôilon), dont les gradins, disposés en étages séparés par des promenoirs circulaires sont coupés, en hauteur, par des escaliers; l'orkhêstra, espace circulaire, avec en son centre l'autel de Dionysos, autour duquel évolue le chœur; la scène, plate-forme de 1 ou 2 m, soutenue du côté des spectateurs par un mur ornementé où se tenaient les acteurs. Les plus beaux exemples de théâtres grecs sont ceux d'Athènes (théâtre de Dionysos, 17 000 places), d'Épidaure (20 000 places), de Delphes; en Sicile, il faut citer ceux de Syracuse et de Ségeste; en Asie Mineure, ceux d'Éphèse, de Pergame et de Priène.

À Rome, Pompée construit en 55 av. J-C. le premier théâtre permanent. Situé près du Forum, le théâtre se caractérise par des gradins portés par un système de galeries rayonnantes superposées. Il n'y a pas d'orchestra proprement dite (l'emplacement en est occupé par des sièges affectés aux sénateurs et aux magistrats). Les gradins, dont l'ensemble forme la cavea sont divisés en sections concentriques par des murs et des paliers. L'enceinte des spectateurs est en demi-cercle.Au Moyen Âge et au XVI° s., il n'existe pas de théâtre permanent. L'intérieur de l'église sert de cadre au drame liturgique et les mystères sont représentés sur le parvis. Au XVI° s., les architectes italiens, s'inspirant des théoriciens antiques (Vitruve) et des recherches sur la perspective, créent le principe de la salle " à l'italienne ". En France, c'est sous Henri III que s'ouvrent les premières salles de représentations régulières (l'hôtel de Bourgogne, 1548). En Angleterre, les créations du théâtre élisabéthain coïncident avec la construction de théâtres permanents (théâtre du Globe, 1599).

Aux XVII° et XVIII° s., les décors simultanés font place aux décorations successives ou au décor unique de la tragédie classique. Les spectateurs sont groupés au parterre, où ils se tiennent debout. Mais, vers 1650, l'usage s'établit de placer un certain nombre de fauteuils sur scène, destinés aux personnages de qualité. Des galeries, puis des loges permettent aux spectatrices d'être assises. En 1759, le duc de Lauraguais rachète aux Comédiens-Français le droit de réserver une partie de la scène à des spectateurs, dont la présence est gênante. On commence alors à installer des sièges au parterre.Parmi les théâtres les plus célèbres construits au XVIII° s., et qui subsistent encore aujourd'hui, on distingue, en Italie le Teatro Farnese (Parme), la Fenice (Venise), la Scala (Milan), et, en France, l'Opéra de Versailles, le Grand Théâtre de Bordeaux, la Comédie-Française.

La plupart des innovations architecturales contemporaines s'inscrivent par rapport à une fascination ou un rejet pour la salle à l'italienne. Architectes et créateurs contemporains ont exploité ce modèle de base en allant au bout de l'illusion, ou l'ont observé en supprimant le cadre de scène, en abolissant la rampe, en construisant des avant-scènes latérales ou des praticables en éperon pénétrant dans la salle. Il arrive alors que la vision axiale traditionnelle devienne une vision panoramique ou frontale. Mais ce rapport traditionnel scène/salle fait profondément partie de la conception occidentale du théâtre.